Toits

Zhaoxing, Crédit photographique : Jacqueline Nivard.

Dans les villages, les toitures ont un impact visuel fort, par leur couleur dominante grise et par leur volumétrie imposante. Elles ont des pentes marquées, en raison d’une pluviométrie abondante.
Notez les motifs décoratifs réalisés avec des tuiles sur le faitage et aux extrémités, qui peuvent varier d’une maison ou d’un village à l’autre.
L’espace sous toiture sert de remise avec une libre circulation de l’air et parfois des espaces reliés entre eux à l’étage, d’une habitation à l’autre, une forme de « biens communs » qui fait écho aux usages partagés des ressources.
Les variations de gris des tuiles, traditionnellement cuites dans des fours aux abords des villages, comportent des nuances infinies, selon la température de cuisson, le refroidissement et le durcissement opéré ensuite avec l’eau. Elles participent au charme du paysage bâti selon la lumière, le moment de la journée, les brumes qui les enveloppent dans ce paysage de montagne.
Pour les appentis et les réserves, les écorces d’arbres sont utilisées en couverture, assemblées par grands pans, sur une charpente simplifiée. Elles sont à changer périodiquement.
Par manque de moyens, ou par commodité, des matériaux nouveaux font leur apparition dans le paysage, avec les toitures de plastique bleu.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *