Portes

Le passage entre les champs et le village est marqué par un seuil. C’est une porte de bois, dotée d’un auvent, qui permet au piéton de marquer un temps d’arrêt. Pourvue de battants, elle est rarement fermée. Son implantation a une portée bien plus symbolique que protectrice. La maison en contrebas est d’implantation plus récente. Chacune des portes d’accès est particulière, s’adaptant à la configuration du site; Tang’an (Guizhou). Crédit photographique Loïc LEPROUST Licence Creative Commons

La porte est un seuil, qu’elle donne accès au village, à la maison, à la Tour du tambour.
Construites en bois par les villageois, elles sont remplacées depuis quelques années par des produits manufacturés en métal. Pour le nouvel an chinois, il importe d’encadrer le seuil des habitations de sentences parallèles propitiatoires, calligraphiées en noir sur un fond rouge, ou imprimées en doré sur un papier rouge.

  • Collection Portes

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *