2011 : Mission au Guizhou

En octobre 2011, Daniel DUCHÉ, Françoise GED, Alain MARINOS ont effectué une mission dans la province du Guizhou, dans le cadre du partenariat entre la Cité de l’architecture et du patrimoine, la Direction générale des patrimoines, l’Université Tongji et le World Heritage Institute of Training and Research for the Asia-Pacific-Shanghai (WHITRAP).

Avec ZHOU Jian, directeur de l’Institut de projets d’urbanisme de l’Université Tongji et du WHITRAP, ils ont visité les villages de Dimen et Tang’An (ethnie dong), de Wendou (ethnie miao) et de Longli (ethnie han) situés au sud-est de la province.

La mission a associé visites de terrain, rencontres et échanges avec les responsables du Bureau de la culture de la province et des responsables politiques locaux. À la demande de la partie chinoise, une note d’avis et observations, intégrant des orientations souhaitables sur les projets, au regard des problématiques présentées au long de la mission a été rédigée.

 

Extrait du Rapport de mission province du Guizhou de Daniel DUCHE, Françoise GED et Alain MARINOS, octobre 2011.

La province du Guizhou, située au sud-ouest de la Chine, est très peuplée 40 millions d’habitants (2/3 de la population française) et particulièrement montagneuse. Le transport y est difficile, ce qui a entravé son développement économique. Les paysages, boisés ou modelés en terrasses cultivées, sont ponctués d’une multitude de villages traditionnels.

Terrasses à Tang'an

Crédit photographique : Françoise Ged Licence Creative Commons

Les habitants sont en majorité des paysans (70% de la population active vit de l’agriculture – 38% au niveau national). On y recense 80 ethnies – les Miao, les Buyi, les Dong, les Zhuang, etc.

Quelques villages fortifiés Han (chinois) balisent ce territoire et rappellent la souveraineté chinoise depuis la dynastie Ming (1368-1644). Une grande partie de la population active travaille à l’année dans les villes ; le tourisme est en plein essor.
Les ethnies de ce vaste territoire rural n’utilisent pas traditionnellement l’écriture, leurs cultures remarquables s’expriment autant dans l’aménagement de leur villages et de leurs territoires que dans la musique, le chant, la broderie, le batik…. Pour les autorités de la province, le costume miao est un « trésor du monde des arts premiers  » porteur de sens par ses motifs décoratifs d’une grande beauté mais dont la pratique est en voie de disparition. Le territoire présente des richesses matérielles et immatérielles, culturelles et naturelles intimement liés par les usages et les traditions. La maîtrise de l’eau en pays Dong est manifeste, qu’elle serve à l’agriculture ou à la vie quotidienne, de l’acheminement dans les champs des collines sculptées en terrasses jusqu’aux bords des rivières où l’habitat est regroupé autour de fontaines et de bassins à usage domestique.

De tels équilibres ruraux sont aujourd’hui fragilisés par le développement des extensions urbaines, aux abords des villes et le long des nouvelles infrastructures de transport, menaçant de fait l’équilibre des territoires par l’abandon des villages (provoqué ou choisi). En effet,   la construction des autoroutes reliant la province aux grandes métropoles du pays (Canton, Xiamen, Shanghai, Kunming …), gigantesque chantier lancé depuis quelques années a un impact impressionnant. Dans cette province montagneuse, elle permet de désenclaver les territoires et facilite l’accès à l’éducation et aux soins ; elle a aussi pour corollaire une puissance de destruction de ces patrimoines exceptionnels et fragiles, menacés par la mondialisation et l’uniformisation d’un mode de vie imposé plus que choisi.

Les autoroutes. Crédit photographique : Françoise Ged.Licence Creative Commons

Quelques mois avant notre mission, il fallait plusieurs jours pour atteindre certains villages visités depuis Guiyang (la capitale de la province) quelques heures d’autoroute et de routes, encore en chantier, ont suffit pour y accéder aujourd’hui. Ces villages sont dorénavant facilement accessibles par voie terrestre et aérienne, devenus relativement proches des grandes villes du sud comme Canton ou Hong-Kong.

Internet. Crédit photographique : Françoise Ged.Licence Creative Commons

Les cultures diversifiées des différentes régions et les qualités d’intégration de nombreux villages sont confrontées brutalement à la mondialisation, qui met en danger ces équilibres précaires, sans pour autant se révéler satisfaisante en termes d’amélioration des modes de vie . La modernité et ses produits sont de plus en plus accessibles dans les villes ; la recherche légitime d’un confort par les villageois se traduit souvent par le rejet et la perte de savoir faire traditionnels, par des transformations menées de manière outrancière dans les villages, souvent par manque de compétences appropriées au niveau local ou régional.

Parallèlement, la richesse culturelle du Guizhou, encore très présente, en fait une destination de prédilection pour le tourisme intérieur, en pleine expansion. Or, le tourisme, perçu par les autorités locales comme le moteur du développement et de la modernisation, est d’emblée un tourisme du nombre en Chine. A ce titre, ses effets sont particulièrement destructeurs et de manière irréversible. De plus le développement d’un tourisme dont l’enjeu n’est perçu qu’en termes de rentabilité économique s’effectue au détriment d’une vitalité durable des territoires.

Le travail sur la protection du patrimoine s’accompagne nécessairement d’une réflexion plus large incluant, les paysages, l’écologie et les cultures locales, dans un cadre de relative croissance. La question qui se pose alors porte sur les modalités de mise en œuvre d’un développement économique, social et culturel qui soient compatible avec une préservation durable des cultures, des territoires et de leurs patrimoines.

Dans ce contexte, la « Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles » de l’UNESCO (2005-2007) “(…) rappelle que la diversité culturelle doit être intégrée en tant qu’élément stratégique dans les politiques nationales et internationales de développement, ainsi que dans la coopération internationale pour le développement durable. Prenant en compte que la culture prend des formes diverses à travers le temps et l’espace et reconnaissant l’importance des connaissances traditionnelles comme une source de richesse immatérielle et matérielle, elle reconnaît la nécessité de prendre des mesures pour protéger la diversité des expressions culturelles, y compris leur contenu (…)”.

Lire le rapport de mission 2011 (Format PDF)

Lien


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *