Quels défis aujourd’hui pour les villages dong?

Extrait de la présentation de  ZHOU Jian 周俭  sur  la protection des villages des ethnies du Guizhou (villages dong), lors du séminaire sur les patrimoines culturels ruraux au Guizhou 1.

La communication de ZHOU Jian porte sur sur les villages de l’ethnie dong au Guizhou, au Hunan et au Guanxi sur lesquelsl’Université de Tongji a entrepris des travaux de recherche depuis 2009.

问题

在这里,我只提两个问题,我觉得这两个问题可能是我们现在面临最严峻的挑战,也是必须面对的。第一个是现在的少数民族村落都在搞旅游,当然这对少数民族村寨来讲,利用它的文化遗产资源,是非常好的一个发展途径,因为现在从农业或者其他的产业来讲,似乎都还不具备带动少数民族村寨发展的可能性,而旅游有它的优势,而且可以马上在交通相对便利的地区做起来。所以这里的第一个问题是:少数民族村寨旅游怎么做?怎么让它可持续?由此带来的问题当然有很多,比如怎么跟现代的生活相结合,怎样去管理,怎样搞乡村旅游,怎么跟社区互动等等。

第二个问题就是少数民族村民怎么能够自觉保护自己的遗产,特别是他们自己传统的民居。前面一个问题是外部的,而这个问题是内在的,就是说他们有自己生活的需要,要改善自己的生活和自己的房子。小孩结婚了,家庭扩张了,按照他们的习俗小孩结婚后不能住在自己家里,他要另外建幢房子。要新建,就是村落要扩张。原来的房子就希望拆了之后建砖头的房子,建现代的建筑。那么问题是村民怎么才能够自觉保护和传承当地的建筑文化,而不是我们现在外部的力量去做。政府、文物局、旅游局、住建局给村里很多资金,送给他们,免费提供给他们,让他们把自己的房子修好。铝合金门窗换成木窗,砖墙改成木头的墙面等等。其实我们现在村落里面的村民还没有认识到自己要把自己的老房子按照遗产保护的价值和观念去把它维护好。现在大家看到村落保护,特别是传统民居保护的效果其实都是政府来出面组织、来资助的结果。怎么才能转变成村民自己的一种行动?所以我想就这两方面谈谈我的想法

Kongbai (Guizhou). Crédit photographique : Françoise Ged.

Problématiques

Les villages de l’ethnie dong au Guizhou, au Hunan et au Guangxi sont confrontés aujourd’hui à deux défis majeurs :

  • Le développement du tourisme. Bien entendu, pour ces villages, l’utilisation de leur patrimoine à des fins de développement est une bonne chose en soi, d’autant plus qu’actuellement l’agriculture ou d’autres secteurs d’activités n’ont pas d’effet moteur. Le tourisme a ses avantages et sa mise en place peut se faire facilement dans les régions proches des infrastructures de transports. Plusieurs questions se posent : Comment développer le tourisme dans ces villages ? Comment faire en sorte qu’il soit durable ? Le tourisme apporte bien évidemment d’autres questionnements comme l’interaction entre tourisme et vie moderne, les modes de gestion, la conception d’un tourisme rural, les interactions avec les communautés locales existantes ?

    Kongbai (Guizhou). Crédit photographique : Françoise Ged.

  • La protection du patrimoine par les habitants, en particulier les habitations traditionnelles. Contrairement à la question touristique, cette question ne concerne que le village lui-même, la relation des villageois avec leur patrimoine. Les habitants des villages souhaitent améliorer leur niveau de vie et le confort de leurs habitations. Les enfants se marient, la famille s’agrandit et selon leurs coutumes, les enfants une fois mariés, n’habitent plus dans leur famille. Ils construisent leur maison ailleurs. Une nouvelle construction implique l’extension du village. Ils veulent détruire leur ancienne maison et en reconstruire une nouvelle, moderne et en briques.La question est de savoir comment les villageois pourraient assumer eux-mêmes la mise en œuvre de la protection et de la transmission de leur patrimoine local bâti sans intervention extérieure. Les autorités, les administrations, celle du Bureau du Patrimoine ou du Tourisme, ou celle de la Construction et du Logement donnent de gros financements aux villages, sans demande de remboursement, pour qu’ils prennent en charge la rénovation de leurs maisons, pour que les portes et fenêtres en aluminium soient changées en huisseries de bois et les murs de briques en murs à pans de bois. En réalité, les villageois n’ont pas encore pris conscience qu’ils doivent être les acteurs de la restauration de leur habitat ancien et qu’ils doivent respecter les valeurs et les concepts de la conservation du patrimoine. Actuellement, les résultats que nous observons sur la conservation des villages et surtout sur la conservation des habitations rurales traditionnelles sont le fruit des actions et des financements des autorités. Comment faire pour que ces actions soient celles des villageois eux-mêmes ?

 

 

  1. ZHOU Jian 周俭, Shaoshuminzu gu cunluo baohu yanjiu – yi donzhai weili 少数民族古村落保护研究 —以侗寨为例  – Étude sur la protection des villages de l’ethnie dong au Guizhou, traduite par Sabine LEBBE MAILLOT, « Séminaire de la coopération franco-chinoise sur les patrimoines culturels ruraux – développement social, protection et transmission des patrimoines », 2013. 13 p. et présentation Powerpoint []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *