Tourisme et développement

Extrait de la présentation de  ZHOU Jian 周俭  sur  la protection des villages des ethnies du Guizhou (villages dong), lors du séminaire sur les patrimoines culturels ruraux au Guizhou 1.

Village de Kongbai (Guizhou), 2008. Crédit photographique : Françoise GED. Licence Creative Commons

Le tourisme intérieur de masse s’est beaucoup développé en Chine. Il menace les villages du Guizhou et leurs cultures . ZHOU Jian propose des pistes pour les  protéger, s’appuyant sur les recherches menées au sein de l’université Tongji à Shanghai.

Il écrit :

发展社区旅游

我们现在的每个乡村寨作为旅游景点只是一个“旅游社区”的概念。什么叫社区旅游?我们是这样来看的:希望村民参与旅游,最终的目的不仅仅是收入的提高和使游客增加,而是希望村民自身的管理能力和自身的文化意识以及自身的就业能力在参与旅游的过程中得到提。如果任何的发展,不管是旅游还是其它的,最后村民自己的就业能力、适应外部环境变化的能力、认同自己文化或者说传承自己文化的能力没有提高的话,还是一个不可持续的发展模式。所以在这个前提下,我们应该考虑各自的定位。

最后一点是关于旅游。我们现在的每个乡村寨作为旅游景点只是一个“旅游社区”的概念。什么叫社区旅游?我们是这样来看的:希望村民参与旅游,最终的目的不仅仅是收入的提高和使游客增加,而是希望村民自身的管理能力和自身的文化意识以及自身的就业能力在参与旅游的过程中得到提。如果任何的发展,不管是旅游还是其它的,最后村民自己的就业能力、适应外部环境变化的能力、认同自己文化或者说传承自己文化的能力没有提高的话,还是一个不可持续的发展模式。所以在这个前提下,我们应该考虑各自的定位。

社区:社区本身包括了村落里面村民和村民的各种组织,希望它通过参与旅游服务来提高自身的能力。因此他应该接受各方面技能、技术的培训和知识的学习。同时社区应该守护好自己的文化资源,包括社区传统的组织和传统的机制。

Touriste photographiant les femmes en costume traditionnel. Village de Kongbai (Guizhou), 2008. Crédit photographique : Françoise GED. Licence Creative Commons

政府:政府在这当中应该做什么,我觉得政府首先应该制定可持续的社区发展支持政策。包括钱怎么给?用什么途径给?是不是无条件的免费赠送,到底村民在当中要承担什么义务,旅游者承担什么义务,旅游公司应该承担什么义务,需要制定一个可以延续自我生长的政策和机制,而不是现在这样把扶贫资金、危改资金、保护资金简单的往村寨里面送。同时,政府应该搭建一个社区参与的平台,我们世行项目做了近3年,觉得社区参与项目太难太难,有各方面的因素,村民现在因为有长期的等靠要思想,他就没有参与的意识;政府不愿意或者担心村民参与之后带来很多其它方面的问题。另外,政府应该作为一个主体来服务于村落,提高村寨的能力建设水平,村民的能力建设不能仅仅依靠旅游公司为村民提供一些就业岗位,让村民开一些农家乐来提高。

旅游公司:肯定是一个非常重要的方面,要介入社区。我觉得第一个他要承担的工作和角色应该确定合理的收入比例来反哺村寨。我们也知道每个旅游公司承包景区,他肯定有钱返回到这个社区,但是应该返多少?反给谁?返回去的钱怎么用?这应该是非常重要的一方面,否则的话只有坏处没有好处。同时,旅游公司既然到了村里面,他会和村寨有很多的契约,包括各自承担什么义务、责任,甚至还要问村民租房子、租地、买地,像这种契约一定要公平和公开。另外旅游公司也应该为社区提供能力建设的服务。

社会组织:其中也包括专家、大学,首先应该做的是扶持社区能力的建设,包括各种技艺的培训,包括自己和请其他的咨询专家为社区服务。社区和政府之间,社会组织应该在政府和社区之间建立一个沟通合作的平台,它应该作为一个协调者,应该做成一个沟通者。因为有的时候由于各种原因,政府也好、旅游公司也好,跟村民沟通不是很畅,造成一些误解,甚至一些冲突,社会组织能不能在当中做协调和沟通工作。

Le développement du tourisme local

Actuellement, les villages considérés comme des attractions touristiques sont réduits à des « communautés dédiées au tourisme » luyou shequ 旅游社区. Nous souhaitons au contraire promouvoir un tourisme qui s’appuie sur les communautés  (shequ luyou 社区旅游) Qu’entendons-nous par là? Nous espérons qu’en participant au processus touristique, les villageois aient pour objectif final non seulement l’augmentation de leurs revenus et du nombre de touristes mais également d’acquérir des capacités d’autogestion, d’avoir une conscience identitaire plus forte et d’accroître les possibilités d’emplois. Dans un processus de développement qu’il soit touristique ou autre, il n’y a pas de modèle de développement durable s’il n’y a pas de perspectives en termes de nombre d’emplois, de capacité d’adaptation à un environnement extérieur, de capacité d’identification culturelle ni de transmission de sa propre culture.

La communauté locale (shequ 社区)

Ce concept comprend les villageois et toutes les formes d’organisation des villageois au sein du village. Nous espérons que la communauté locale puisse augmenter ses possibilités par sa participation aux services touristiques. C’est la raison pour laquelle elle doit adopter des savoir-faire dans tous les domaines, suivre des formations techniques, apprendre des nouveaux savoirs tout en préservant et gardant ses propres ressources culturelles dont font partie les mécanismes traditionnels de l’organisation interne de la communauté sociale.

Les Autorités (zhengfu 政府)

Dans ce contexte, quelles sont les actions que les autorités doivent mener? Je pense que les Autorités devraient avant tout élaborer des politiques de soutien au développement durable des communautés locales, et définir les méthodes de distribution des subventions et de répartition des moyens. Ces subventions sont-elles des dotations offertes sans conditions ? Dans ce cas  quelles sont les obligations à la charge des villageois, des touristes et des agences de tourisme? Ces politiques et ces mécanismes doivent permettre une continuité de la croissance en toute autonomie et non un soutien de la pauvreté, à coup d’argent, comme actuellement. Dans le même temps, les autorités devraient mettre en place une plateforme favorisant la participation des communautés locales. La plateforme du projet de la Banque Mondiale a fonctionné pendant près de trois ans et nous avons trouvé que la participation a été vraiment très difficile et ce, pour de multiples raisons. Les villageois ont utilisé pendant trop longtemps l’attitude d’ « attendre, dépendre, vouloir » et n’ont pas pris conscience de leur possibilité de participer. Ils ont perdu la notion de participation. Les autorités quant à elles, ne souhaitent pas la participation des villageois et craignent qu’elle entraîne beaucoup de problèmes dans d’autres domaines. De plus, l’état estime de son devoir d’aider le village à renforcer ses possibilités et améliorer ses compétences. Ce n’est effectivement pas en comptant seulement sur les quelques emplois fournis par les agences de tourisme ou sur la création de quelques gîtes ruraux que le village pourrait y arriver

Les agences de tourisme  (luyou gongsi 旅游公司)

C’est un aspect très important qui doit intégrer l’organisation sociale. Le profit réalisé par les agences de tourisme devrait être en partie reversé au village. Dans cadre du contrat d’exploitation d’un site par une agence de tourisme, quel pourcentage de profit doit-il être rétrocédé ? À qui ? À quelle utilisation doit être destiné cet argent ? L’agence, une fois dans le village, signe de nombreux contrats qui stipulent les obligations et responsabilités de chacune des parties, voire même qui demandent aux villageois de pouvoir louer leur maison, leurs terres, d’acheter leurs terres. Ce genre de contrat doit être juste et transparent. Les agences se doivent d’aider la communauté villageoise à renforcer ses possibilités d’amélioration son niveau de vie.

Les intervenants extérieurs, les associations (shehui zuzhi 社会组织)

Les experts, l’université doivent permettre à la communauté, par le biais de la formation, de renforcer ses compétences. Ils doivent être au service de la communauté villageoise et inviter d’autres experts consultants à faire de même. Les associations doivent mettre en place une plateforme de dialogue et de coopération entre les autorités et la communauté, qui soit un organe de médiation, un interlocuteur. Car il arrive, pour de nombreuses raisons, que le dialogue soit difficile entre les villageois et les autorités, ou avec les agences de tourisme. Des malentendus voire des conflits sont quelquefois issus de ces malentendus. L’organisation sociale ne pourrait-elle pas faire ce travail d’aide au dialogue et à la médiation.

Photographie à la une : touriste photographiant les femmes en costume traditionnel. Village de Kongbai (Guizhou), 2008. Crédit photographique : Françoise GED. Licence Creative Commons.

  1. ZHOU Jian 周俭, Shaoshuminzu gu cunluo baohu yanjiu – yi donzhai weili 少数民族古村落保护研究 —以侗寨为例  – Étude sur la protection des villages de l’ethnie dong au Guizhou, traduite par Sabine LEBBE MAILLOT , « Séminaire de la coopération franco-chinoise sur les patrimoines culturels ruraux – développement social, protection et transmission des patrimoines », 2013. 13 p. et présentation Powerpoint []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *