Savoirs écologiques du patrimoine culturel des villages

Extrait de la présentation de DAN Wen Hong 但文红 sur la valorisation des patrimoines culturels des villages du Guizhou lors du séminaire sur les patrimoines culturels ruraux au Guizhou.   1.

L’expérience et la richesse des villages en matière écologique et culturelle sont précieuses pour notre ère post-industrielle, que ce soit dans les relations humaines ou dans les interactions de l’homme avec la nature. Il est inévitable que des pans entiers de ce patrimoine soient intégrés dans le processus d’industrialisation, d’urbanisation et de mondialisation apportant des changements culturels inédits, des choix culturels, des exigences économiques et des décisions qui auront une incidence sur l’environnement actuel de ce patrimoine. L’économie, prenant le pas sur la culture utilise le patrimoine rural pour son propre développement et c’est là que se porte notre réflexion.

La valeur écologique du patrimoine culturel des villages

L’environnement naturel montagneux du Guizhou est typique des régions subtropicales : des étés chauds, pluvieux et humides, une saison des pluies, une biodiversité très riche sont favorables à un grand nombre de cultures agricoles. Mais les terres arables peu nombreuses, les éboulements de terrains fréquents, les roches karstiques à fleur de sols sont autant de freins au développement économique des cultures agricoles. Pour pallier à ces inconvénients et après des millénaires de pratiques agricoles, les villages du Guizhou ont développé des techniques traditionnelles et des savoir-faire adaptés à l’environnement naturel tels que la pêche en rizières, l’arboriculture sur terrains rocailleux, l’emblavage bois et céréales qui sont autant de connaissances sur l’environnement où l’homme est en harmonie avec la nature.

Le système de coexistence de la pêche et des rizières.

Les rizières en terrasses où se pratiquent en même temps la culture du riz et la pisciculture sont largement répandues au Guizhou, surtout dans la région du Qiandongnan. Ces rizières sont classées au Patrimoine Mondial Agricole. La riziculture–pisciculture du Qiandongnan concerne une variété de riz locale traditionnelle, le « riz gluant parfumé » qui nécessite 150 à 160 jours de croissance. Ces rizières sont adaptées à l’élevage de poissons surtout pour les variétés de poissons mangeurs de fleurs de riz. Ces poissons ont une chair délicieuse. Les pentes sont raides dans cette région de montagnes et les rizières sont exploitées à flanc de montagne formant un paysage de rizières en terrasses. Des parcelles de forêts sont plantées au-dessus des rizières afin d’en garantir la stabilité et la qualité des ressources en eau. L’irrigation des champs en terrasses se fait par gravitation, l’eau en excédent formant un cours d’eau au pied de la montagne. Ces eaux de qualité prenant leur source dans les forêts, ne font pas qu’irriguer en continu les rizières mais sont surtout le milieu aquatique par excellence pour l’élevage des poissons. Ainsi, l’eau dans un espace assez réduit, crée un lien entre la forêt, le riz gluant parfumé et le poisson, formant une alliance entre les savoirs traditionnels et les techniques d’utilisation raisonnée du relief, du climat et de la biodiversité.

 

L’arboriculture sur terrain rocailleux

Dans l’ouest du Guizhou, le relief est parsemé de roches karstiques formant au-dessus de la végétation un paysage de roches carbonatées qui sont un fléau pour l’environnement. Les villageois ont cherché pendant longtemps comment survivre dans cet environnement de « rochers » et en sont finalement arrivés à ces techniques traditionnelles de « l’arboriculture sur roches » :

En fonction de l’altitude et des ressources en eau, les terres ont été divisées en parcelles de « cultures de grands arbres », « cultures de petits arbres » et «cultures d’arbres fruitiers à noyaux». Une parcelle est définie en « parcelle de céréales » en fonction de la pente et de la profondeur des terres. La parcelle de « culture de grands arbres » sera définie en fonction de son altitude, de son peu de ressources en eau, les jeunes plants d’arbres poussant dans les crevasses de roches bien pourvues en « mauvaises herbes », herbes et mousses précieuses qui protègent les plants. Ainsi 90% des plants arrivent à survivre d’une année sur l’autre. Il est démontré que ces « mauvaises herbes luxuriantes » offrent des conditions de microclimat favorables tant en terreau qu’en humidité, la profondeur du sol dans ces crevasses pouvant atteindre quelques dizaines de mètres et plus. Ainsi, les plants d’arbres bénéficient d’une garantie d’humidité et de nutriments suffisants à leur croissance, les « mauvaises herbes et mousses » donnant au départ à la jeune « pousse d’arbre » la résistance nécessaire aux fortes chaleurs d’été et l’environnement idéal pour une accumulation des eaux de pluie afin d’augmenter ses chances de survie. Les parcelles de « culture de petits arbres » ne présentent pas de faille dans les rochers pour faire croître les plants. Il faut donc changer le « creuser pour planter » en « « chausser pour planter », c’est-à-dire que la terre est chaussée sur les fines crevasses de la roche pour y planter « un tout petit plant » ainsi que des « mousses et des mauvaises herbes », les racines qui peuvent survivre cherchant automatiquement l’humidité et les nutriments dans la mince faille. Ainsi, le taux de survie des plants dépend de l’aide apportée par les « mousses et les herbes ». Seuls de petits arbres conviennent à réaliser ces « plantations d’arbres vivants sur les roches » car l’humidité et les nutriments y sont rares. D’autres savoirs, appelés «  pour planter des arbres il faut faire des parcelles » ou «  il faut laisser de la place aux arbres pour qu’ils puissent danser » permettent, par la main de l’homme, de restaurer la forêt karstique et son éco-diversité et crée ce « miracle écologique ». Les techniques traditionnelles et les savoir-faire d’ « arboriculture sur roches » permettent une utilisation pleine et totale de l’humidité de l’environnement karstique et des terres tant en surface qu’en sous-sol. En restaurant la végétation karstique, c’est la forêt karstique et la biodiversité qui sont restaurées.

 

  1. DAN Wen Hong 但文红 , 贵州师范大学 Guizhou shifandaxue École Normale Supérieure du GUIZHOU, Guizhou cunluo wenhuayichan de jiazhi yu liyong 贵州村落文化遗产的价值与利用 – Valorisation des patrimoines culturels des villages du Guizhou. Mutations et Réutilisations,  traduite par Sabine LEBBE MAILLOT , «Séminaire de la coopération franco-chinoise sur les patrimoines culturels ruraux – développement social, protection et transmission des patrimoines», 2013 2013. 6 p. []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search