Costumes traditionnels de la Chine du Sud-ouest

Éric BOUDOT, Marie-Hélène GUELTON, Lionnel HENRY, Marie-Paule RAIBAUD, « Costumes traditionnels de la Chine du Sud-ouest », in Objets d’art hors-série n° 4, Musée des Tissus de Lyon, exposition du 19 avril au 13 octobre 2002, 98 p.
Le costume et la parure sont des éléments à forte signification culturelle et, pour les ethnies concernées, une manifestation encore actuelle de leur identité.
De nombreux motifs sont tissés, brodés ou teints par réserve sur les textiles, avec un traitement plus ou moins stylisé et une organisation souvent en registres (bandes horizontales, losanges ou carrés qui alternent ou se répondent).
Figures humaines, animaux réels ou fantastiques, décors floraux ou géométriques se côtoient pour raconter le monde quotidien, le paysage, les mythes et légendes qui nourrissent la culture de ces ethnies. Motifs tribaux anciens ou plus récemment influencés par la culture han prédominante constituent un répertoire extrêmement riche et vivant.
L’oiseau est un motif fréquemment représenté sur les porte-bébés, seul ou par couples de deux ou quatre oiseaux affrontés. La terminologie varie suivant les ethnies, évoquant des paires d’oiseaux ou dans un registre plus fantastique, des paires de phœnix.
« Pour la plupart de ces cultures, notamment dans les sociétés chamaniques, l’oiseau est le lien symbolique
entre l’humain et le monde céleste. L’individu est considéré après sa mort comme une âme-oiseau avec lequel le chaman entre en contact lors de transes rituelles. »
L’oiseau, dans la symbolique chinoise, est rapporté à la fidélité du couple et la félicité conjugale.
Différents éléments du paysage peuvent se retrouver sur les textiles de façon stylisée : chemins, montagnes, rivières, champs, arbres ou fleurs. Ces dernières, très présentes, sont difficilement identifiables, même si d’après les sources orales elles peuvent évoquer des fleurs spécifiques et protectrices, utilisées médicalement ou symboliquement(la fleur de poirier utilisée contre le mal de ventre, la fleur de piment fort comme promesse de longue lignée, la feuille de cyprès pour la vie éternelle, etc.)
Aussi, ces motifs sont sans doute tout simplement des hommages à la richesse et la beauté de la nature environnante.

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search