Écomusée de Dimen 地扪侗族人文生态博物馆

Vue de l'écomusée depuis le pont

Crédit photographique : Pascale Delpech Licence Creative Commons.

Le terme d’écomusée, très en vogue dans les milieux académiques en Chine, fait directement référence aux définitions de Georges-Henri Rivière : un lieu à vocation conservatoire pour préserver et mettre en valeur le patrimoine, un lieu d’expérimentation pour contribuer à l’étude historique et contemporaine des populations et de leur milieu en lien avec les organismes extérieurs de recherche, un lieu de formation pour associer la population à mieux appréhender les problématiques de son avenir.

A Dimen, l’expérience est à l’initiative d’un natif de cette région, qui a fait appel aux charpentiers locaux dong pour construire l’ensemble en bois qui se développe sur les pentes à l’extérieur du village. Le Bureau de la culture de la province a dans un second temps contribué à son extension et à sa transformation d’usage pour en faire un lieu de formation, de conservation et d’expérimentation, en choisissant aussi d’autres sites proches pour abriter des écomusées de même nature.

L’écomusée dong de Dimen1, à flanc de coteau, à proximité d’un « pont du vent et de la pluie  » surplombe la rivière et les rizières. Il occupe une surface importante et s’inscrit avec harmonie dans le paysage. Il comporte des chambres, des espaces de vie et de travail, une bibliothèque, une cuisine, des cultures maraîchères.

L’écomusée de Dimen. Crédit photographique : Daniel DUCHÉ.Licence Creative Commons

L’écomusée a pour mission de conserver et transmettre la culture dong, favoriser le développement local. Il organise pour les habitants, adultes et enfants, des activités liées à la transmission des pratiques, à leur adaptation contemporaine : chant, tissage, teintures avec des pigments naturels, travail du bois, fabrication de papier.

Il permet l’accueil en résidence de chercheurs, organise des formations à la demande des responsables du Bureau de la culture de la province, et des sessions adaptées aux demandes des autres partenaires financiers de l’éco-musée (tels que les universités pour l’accueil de workshops avec des étudiants, etc.).
L’écomusée cherche à promouvoir l’utilisation des produits locaux, en se tournant vers les consommateurs urbains à la recherche d’une qualité de présentation et d’une fiabilité des produits (papier, alcool de fruits et de plantes, savons, tissages… ), accueillant en résidence des designers à cet effet. Il a contribué à la constitution d’une collection de chants et de musique miao et dong, qui a été primée2.

  1. 地扪侗族人文生态博物馆 Dimen dongzu renwen bowuguan []
  2. Une table ronde et un concert a été organisé en 2014 à la Cité de l’architecture. L’enregistrement de cet événement est disponible en ligne : Lumières sur le Guizhou []

Photos Guizhou

Jacqueline Nivard (Centre d’Études sur la Chine moderne et contemporaine) est à l’initiative de cette collection qu’elle a constituée avec Émilie Rousseau et Françoise Ged (Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine) et avec la collaboration de Léa DAURES, apprentie dans le cadre d’un partenariat avec l’École des bibliothécaires et documentalistes (EBC).

Collectif Photos Guizhou :
– Vincent Bradel, Pascale Delpech, Christine Estève, Françoise Ged, René Guérin, Loïc Leproust, Jacqueline Nivard, Emilie Rousseau, Catherine Ung, David Euvrard : auteurs des photographies
– Françoise Ged : commentaires des photos en collaboration avec Jacqueline Nivard et Emilie Rousseau.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *