Vulnérabilité des villages Dong

xiaohuang5

Crédit photographique : ZHOU Jian. Tous droits réservés.

Extrait de la présentation de  ZHOU Jian 周俭  sur  la conservation des villages des ethnies du Guizhou (villages dong), lors du séminaire sur les patrimoines culturels au Guizhou 1.

L’extrême vulnérabilité des villages Dong se révèle sous plusieurs aspects.

  • Difficulté pour les Dong de survivre sans le maintien de leur environnement : montagnes, forêts et terrasses. Les Dong vivent proche de la nature. Les dégradations sont des menaces  pour leur propre espace de vie mais aussi pour leur système hydrique. La pollution de l’air, les changements climatiques, les transformations dans les villes et leurs conséquences  sont aussi sources d’inquiétude.
  • Fragilité de la structure en bois des maisons
    • Manque d’entretien, vieillissement et délabrement

      xiaohuang7

      Crédit photographique : ZHOU Jian. Tous droits réservés.

    • Risque important d’incendie. Chaque année, des villages sont dévastés par les flammes.
  • Développement lent des villages et fonctionnement « du haut vers le bas »
    • Faible niveau de vie des villageois
    • Mauvaises conditions d’hygiène (pas de sanitaires, les volailles vivent dans les rez-de-chaussée des maisons)
    • Beaucoup détruisent les maisons traditionnelles pour en construire des modernes
    • Passivité des villageois

      xiaohuang6

      Crédit photographique : ZHOU Jian. Tous droits réservés.

    • Dépendance de l’aide venant de l’extérieur.

ZHOU Jian décrit les villageois comme des acteurs passifs de leur propre développement. Les villageois «attendent, comptent sur et veulent ».

Il rapporte les propos souvent entendus dans les campagnes

De toute façon, les autorités veilleront à ce que l’aspect extérieur de ma maison soit beau, je ne m’en préoccupe pas et si elle se dégrade, si elle devient moins belle, les autorités me paieront pour que je la rénove, m’aideront à l’entretenir, à remettre des boiseries et changer les fenêtres ; plus le village est connu, plus il est beau, plus nous recevons de subventions, donc, j’attends.

Il déplore le manque de conscience des villageois sur la nécessité d’assurer la conservation et la transmission de leur patrimoine.

 

 

  1. ZHOU Jian 周俭, Shaoshuminzu gu cunluo baohu yanjiu – yi donzhai weili 少数民族古村落保护研究 —以侗寨为例  traduite par Sabine LEBBE MAILLOT , « International Academic Symposium of Conservation and Sustainable Development of Village Cultural Landscape », 2013. 13 p. []

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search